Lycée Louis ARMAND

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Apprentissage Tout savoir sur l'apprentissage Apprenti : aides financières

L'apprentissage : l'alternative par l'alternance !

Envoyer Imprimer

"L'apprentissage a changé, c'est le moment d'y penser"  

L'apprentissage - L'alternative par l'alternance ! 

 

 

L'apprentissage permet de préparer un diplôme professionnel de l'enseignement secondaire(C.A.P., B.E.P, Bac pro, B.P, B.T, etc) ou de l'enseignement supérieur (B.T.S, D.U.T, diplômes d'ingénieur, d'école supérieure de commerce, etc) ou encore un titre à finalité professionnelle enregistré aurépertoire national des certifications professionnelles.

Grâce à des contrats successifs, l'apprentissage permet d'accéder à tous les niveaux de qualification professionnelle du second degré ou du supérieur.

 

L'apprentissage est une formation en alternance : il associe une formation chez un employeur et des enseignements dispensés dans un centre de formation d'apprentis.

 

 


 

 

Le CFA, c'est quoi ?

Comment se déroule la formation ? 

Dans quels secteurs professionnels ? Quels diplômes ?

L'exemple d'une formation : pour faire quoi en BTS IRIS ?

L'exemple d'une formation : pour faire quoi en BTS Electrotechnique ?

Et combien ça coûte à l'entreprise ?

Pour qui ?

Comment devenir apprenti ?

Quel statut ? Contrat ? Rémunération ?

Les aides financières aux apprentis


Le CFA, c'est quoi ?

Source : Ministère de l'Education Nationale 

Les apprentis reçoivent, dans les centres de formation d'apprentis, une formation générale et technique qui complète la formation reçue dans les entreprises.

Statut

Les apprentis ont un statut de jeune travailleur salarié en entreprise, sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage. Ils ont conclu un contrat de travail. Ils peuvent être accueillis dans la fonction publique.

Les C.F.A. sont créés par convention avec les régions ou avec l'État et les collectivités locales, les chambres de commerce, de métiers ou d'agriculture, les entreprises et les établissements d'enseignement public ou privé. L'enjeu de l'apprentissage est d'offrir des formations initiales qui correspondent aux évolutions du marché du travail.

Formation

L'apprentissage permet de préparer les diplômes professionnels et technologiques de l'éducation nationale : certificat d'aptitude professionnelle (C.A.P.), brevet d'études professionnelles (B.E.P.), bac professionnel, brevet de technicien supérieur (B.T.S.), licence professionnelle.

La formation pratique de l'apprenti se fait principalement dans l'entreprise, la formation théorique étant assurée par le C.F.A. Selon les diplômes préparés, le temps de formation en C.F.A varie de 400 à 675 heures minimum par année. La formation suppose donc une articulation étroite entre les deux lieux où l'apprenti acquiert des compétences professionnelles.

 

Retourner au sommaire  

Comment se déroule la formation dans un C.F.A ?

Source : Ministère de l'Education Nationale   

L'apprentissage est une formation en alternance : il associe une formation chez un employeur et des enseignements dispensés dans un centre de formation d'apprentis.

Des enseignements en centre de formation d'apprentis [C.F.A.]

Le temps de formation dans un C.F.A. est d'environ 430 heures par an pour les C.A.P. et de 500 heures pour les B.E.P.
Les baccalauréats professionnels et les B.T.S. nécessitent un minimum de 675 heures par an.

Ce temps est plus court que celui des formations dispensées dans les lycées professionnels ou technologiques mais il ne faut pas oublier que le temps passé en entreprise est aussi un temps de formation. Le C.F.A. dispense les enseignements nécessaires pour
préparer le diplôme prévu au contrat : les programmes de formation et les épreuves d'examen sont identiques pour élèves et apprentis préparant les mêmes diplômes.

Au C.F.A, l'apprenti n'est pas un élève. Il garde son statut de salarié et la période au C.F.A. est donc rémunérée comme temps de travail.

Au C.F.A., l'apprenti suit les enseignements prévus dans les programmes et les règlements d'examen : français, mathématiques, éducation artistique, éducation physique et sportive, vie sociale et professionnelle, technologie et pratiques professionnelles, etc.

Un accompagnement sur mesure

La formation de l'apprenti s'effectue également au sein de l'entreprise pour laquelle il travaille.

L'apprenti est placé sous la responsabilité d'un maître d'apprentissage choisi en fonction de ses connaissances professionnelles. Le maître d'apprentissage accompagne l'apprenti tout au long de sa formation pour lui transmettre ses connaissances et savoir-faire. Il est en relation avec le centre d'apprentissage.

Dès l'entrée en apprentissage, un entretien est prévu entre l'apprenti, le formateur du C.F.A., le maître d'apprentissage et, si nécessaire, les parents de l'apprenti. Il a pour objet de définir ensemble le parcours de formation. 

 

Retourner au sommaire  

Quels secteurs professionnels et quels diplômes ?

Source : Ministère de l'Education Nationale     

Quels diplômes ?

L'apprentissage permet de préparer :

- un diplôme professionnel de l'enseignement secondaire : certificat d'aptitude professionnelle (C.A.P.), brevet d'études professionnelles (B.E.P.), baccalauréat professionnel, brevet professionnel, brevet de technicien ;

- un diplôme de l'enseignement supérieur : brevet de technicien supérieur (B.T.S.), diplôme universitaire de technologie (D.U.T.), diplomes d'ingénieur, d'école supérieure de commerce, etc. ;

- un titre à finalité professionnelle enregistré au répertoire national des certifications professionnelles.

Grâce à des contrats successifs, l'apprentissage permet d'accéder à tous les niveaux de qualification professionnelle du second degré ou du supérieur.

Dans quels secteurs professionnels ?

L'apprentissage prépare :

- traditionnellement aux métiers de l'alimentation, du commerce de détail, du bâtiment et des travaux publics ;

- mais aussi à des métiers qui relèvent de tous les autres secteurs d'activité : hôtellerie-tourisme, services à la personne, secteur automobile, électronique, etc.

 

L'apprenti possède le statut de salarié d'entreprise, les droits de tous les salariés et est soumis aux mêmes obligations. Le contrat d'apprentissage est un contrat de travail qui lie un employeur et un apprenti. L'apprenti travaille pour l'employeur et pour cela il perçoit un salaire. Il est donc soumis aux règles du code du travail et aux conventions collectives.

 

Retourner au sommaire  

Exemple - LE BTS IRIS - Pour faire quoi ? Les aptitudes professionelles

Domaines d'activités - Grandes lignes

Programmation WEB

Langages : html, php, javascript, css

Bases de données (langage SQL, base MySQL)

Programmation structurée et modélisation

C et C++, java et LabView sous Windows et Linux

Réseau et bus de terrain

Ethernet/Wifi, CAN, ASI, Modbus, DeviceNet, I2C ...

Automates FESTO, OMRON, Télémécanique 

Architecture des systèmes informatiques

Maintenance et mise à niveau matérielle et logicielle d'un poste ou d'un réseau

Et dans le détails ? 

Le BTS IRIS a pour vocation de former des techniciens supérieurs dans les métiers de l'informatique et des réseaux pour l'industrie et les services techniques. Pour saisir la dimension de l'apprentissage en BTS IRIS, voici une description des compétences que doit acquérir un apprenti :

  • Etre capable de modéliser un système informatique en utilisant l'UML,  puis savoir exprimer sous forme d'algorithmes une solution à un problème informatique. Ces notions servent de base à la programmation en C, C++ et Java.
  • Etre capable de respecter un cahier des charges pour la mise en place d'application web en utilisant les langages HTML, CSS, Javascript et PHP.
  • Etre capable d'analyser une architecture réseau (LAN et bus de terrain) , de proposer des évolutions (fondées sur le modèle OSI) et de développer des applications réseaux.
  • Etre capable de comprendre une architecture de base de données et de la faire évoluer. A partir d'une architecture, mettre en place une base de données sur un serveur MySQL et être capable de l'interroger à distance et d'en modifier son contenu.
  • Manipuler des EDI évolués et souvent utilisés dans l'industrie comme C++Builder, Qt, Labview.


Grâce à la riche et précieuse collaboration Entreprise / CFA - Etablissement scolaire d'accueil, les apprentis acquérissent ces aptitudes professionnelles.

 

En savoir plus sur le BTS IRIS en apprentissage

Retourner au sommaire  

Exemple - LE BTS Electrotechnique - Pour faire quoi ? Les aptitudes professionelles

Domaines d'activités - Grandes lignes

Distribution de l'énergie électrique

Réseaux d'acheminement de l'énergie électrique haute tension à basse tension,
Distribution terminale de l'énergie électrique jusqu'à son point d'utilisation,
Qualité de l'énergie distribuée et efficacité énergétique,

Utilisation de l'énergie électrique

Conversion énergétique pour des applications de force motrice, de chauffage, d'éclairage...
Modulation et adaptation de l'énergie électrique pour ces applications,
Optimisation de l'efficacité énergétique pour ces applications,

Automatisation, réseau et bus de terrain

Gestion, contrôle et pilotage, contrôle à distance, supervision des installations industrielles...
Automates programmables industriels, mise en œuvre et programmation en langage CEI 1131,
Mise en réseaux et communication dans les systèmes industriels liés à l'énergie électrique 

Et dans le détails ? 

La grande pluridisciplinarité du métier entraîne le titulaire du brevet de technicien supérieur en électrotechnique à avoir des compétences générales :

  • dans le domaine technologique où il devra assurer les études et la réalisation des affaires qui lui sont confiées.
  • dans la communication où il sera amené à rédiger des documents et à dialoguer avec les différents services de l'entreprise ainsi qu'avec les clients et les fournisseurs. La maîtrise de la langue anglaise aussi bien écrite pour la lecture de documents qu'orale pour les relations avec les services étrangers est nécessaire.
  • dans le management où il devra assurer la conduite et la responsabilité d'équipes lors de la réalisation de travaux neufs, d'interventions sur équipements ou d'actions de maintenance.


Les caractéristiques de la profession conduisent le titulaire du brevet de technicien supérieur électrotechnique à assumer des activités professionnelles variées de bureau d'étude, d'atelier, de chantier, de maintenance et de management. Ces activités s'exercent sous la responsabilité d'un professionnel de niveau de qualification supérieur et, le plus souvent à terme, en toute autonomie en tant que responsable d'une équipe ou d'un service.

 

Les entreprises employant des techniciens supérieurs en électrotechnique se répartissent en plusieurs catégories comme les industriels et les installateurs qui, à l'instar d'autres catégories d'entreprises, proposent le plus souvent des activités liées aux services techniques. C'est certainement au sein de ces dernières activités, comme la maintenance d'équipements et le conseil technique, que des emplois se développent le plus rapidement.

 

La typologie des emplois est plus diversifiée dans l'entreprise industrielle que chez les installateurs. Ce constat doit toutefois être modulé par une plus grande polyvalence professionnelle constatée dans l'exercice du métier chez les installateurs qui assurent des fonctions multiples, souvent en clientèle, c'est-à-dire loin de l'entreprise qui les emploie.

 

En savoir plus sur le BTS Electrotechnique en apprentissage

Retourner au sommaire  

Et combien ça coûte à l'entreprise ?

 

Pour un apprenti de 18 à 20 ans
Rappel des salaires prévus

14 267€

Crédit d'impôt calculé au prorata de la durée totale*, soit 24 mois/12 x 1600€ pour un BTS

-3 200€

Prime régionale calculée au prorata de la duér totale, soit 24 mois/12 x 1000€ pour un BTS

-2 000€

cotisations restant dues : assiette sociale x 0%

+0€

COUT NET POUR L'EMPLOYEUR SUR LES DEUX ANNÉES DE FORMATION

9067€

 

Pour un apprenti de 21 ans et +
Rappel des salaires prévus

18 072€

Crédit d'impôt calculé au prorata de la durée totale*, soit 24 mois/12 x 1600€ pour un BTS

-3 200€

Prime régionale calculée au prorata de la duér totale, soit 24 mois/12 x 1000€ pour un BTS

-2 000€

cotisations restant dues : assiette sociale x 0%

0€

COUT NET POUR L'EMPLOYEUR SUR LES DEUX ANNÉES DE FORMATION

12 872€

Retourner au sommaire  

Pour qui ? Qui peut devenir apprenti ?

Source : Ministère de l'Education Nationale

Pour devenir apprenti, il faut être âgé de 16 à 25 ans au début du contrat d'apprentissage et être reconnu apte à l'exercice du métier lors de la visite médicale d'embauche.

Certains diplômes nécessitent des conditions particulières pour s'inscrire à l'examen (par exemple les baccalauréats professionnels ou les brevets professionnels). Pour ces diplômes, avant de commencer une formation par la voie de l'apprentissage, mieux vaut s'assurer que l'on remplira bien ces conditions au moment de l'inscription.

Si l'on est plus âgé ou plus jeune, il est également possible d'entrer en apprentissage sous certaines conditions. En particulier avec le dispositif d'initiation aux métiers en alternance (DIMA). Le DIMA est complémentaire aux dispositifs en alternance offerts en collège aux élèves de 4ème âgés d'au moins 14 ans. Il s'adresse à des élèves volontaires, à condition qu'ils soient âgés de 15 ans à la date d'entrée dans le dispositif. Le DIMA permet à des collègiens de découvrir les métiers par une formation en alternance d'une année scolaire en lycée professionnel ou en centre de formation d'apprentis (C.F.A.).

 

Retourner au sommaire  

Comment devenir apprenti ? Les démarches

Source : Ministère de l'Education Nationale     

Première démarche : rechercher une entreprise d'accueil 

on peut :

  • se présenter ou poser sa candidature dans des entreprises que l'on connaît ou que l'on a repérées dans les annuaires ;
  • s'adresser aux chambres de métiers et aux chambres de commerce et d'industrie ;
  • contacter les syndicats professionnels du métier envisagé ;
  • se renseigner auprès de l'A.N.P.E ;
  • consulter les sites internet mis en place par les conseils régionaux ;
  • s'adresser au C.F.A. dans lequel on envisage de s'inscrire.

Deuxième démarche : rechercher un centre de formation d'apprentis [C.F.A.]

Pour cela, on peut :  

  • consulter la liste des CFA établie par les services des conseils régionaux ;
  • s'informer auprès des centres d'information et d'orientation ;
  • s'adresser au service académique de l'inspection de l'apprentissage (SAIA) ;
  • consulter le site internet de l'ONISEP.

Parfois l'ordre des démarches est inversé : on peut trouver d'abord le C.F.A. et celui-ci peut aider à trouver l'entreprise. Mais, dans tous les cas, c'est seulement si l'on a signé le contrat d'apprentissage que l'on sera accepté au C.F.A.

À noter : pour pouvoir aboutir, ces démarches doivent être engagées dès les mois de mars ou avril.

En particulier, rendez-vous aux journées "portes ouvertes" des C.F.A. (si vous êtes encore un élève, renseignez-vous des dates auprès de votre professeur principal ou auprès du centre d'information et d'orientation) : vous pourrez y trouver les renseignements que vous recherchez et tout savoir des conditions d'admission propres à chaque C.F.A.

 

Téléchargez : 

 

Retourner au sommaire  

Statut, contrat et rémunération de l'apprenti

Un nouveau statut

Le statut de l'apprenti évolue : il est désormais apprenti étudiant des métiers.

Une carte nationale d'apprenti est délivrée à l'élève par son centre de formation. Sur le modèle de la carte d'étudiant, cette carte lui permet de bénéficier de tarifs réduits.

Les salaires versés aux apprentis sont désormais exonérés de l'impôt sur le revenu dans la limite du montant annuel du SMIC. Cette disposition s'applique à l'apprenti ou au foyer fiscal auquel il est rattaché. Les parents perçoivent les allocations familiales jusqu'aux 20 ans de l'apprenti, si sa rémunération ne dépasse pas 55 % du SMIC.

L'apprenti possède le statut de salarié d'entreprise, les droits de tous les salariés et est soumis aux mêmes obligations.

La couverture sociale de l'apprenti étudiant des métiers est similaire à celle des autres salariés dès 16 ans : affiliation au régime général de la Sécurité sociale, congés payés, congés de maternité, droits ouverts à la retraite et aux allocations de chômage, etc.

Le contrat d'apprentissage

Le contrat d'apprentissage est un contrat de travail à durée déterminée signé entre un jeune de 16 à 25 ans et l'entreprise d'accueil pour une durée de 6 mois à 3 ans, selon le diplôme préparé. La durée du contrat peut être de 4 ans pour les apprentis handicapés.

Le contrat d'apprentissage est un contrat de travail qui lie un employeur et un apprenti. L'apprenti travaille pour l'employeur et pour cela il perçoit un salaire. Il est donc soumis aux règles du code du travail et aux conventions collectives. Il bénéficie des dispositions applicables à l'ensemble des salariés et des dispositions particulières applicables aux jeunes travailleurs.
Le contrat comporte obligatoirement une formation qui est donnée à la fois en entreprise et dans un centre de formation d'apprentis.

Tout au long de sa formation, l'apprenti perçoit un salaire correspondant à un pourcentage du SMIC déterminé en fonction de son âge et de sa progression dans le cycle de formation.

Grille de salaire des apprentis

Ancienneté /âge

16-17

18-20

21 et +

1ère année

25%

41%

53%

2ème année

37%

49%

61%

3ème année

53%

65%

78%

Téléchargez : 

 

Retourner au sommaire  

Aides financières  

Allocation de rentrée scolaire

L'allocation de rentrée scolaire concerne les élèves âgés de 6 à 18 ans.

En 2007, le montant de l'allocation scolaire est de 272,59 € par enfant.

Les plafonds de ressources sont de : 

  • 21 991 € pour un enfant, 
  • 27 066 € pour deux enfants, 
  • 32 141 € pour trois enfants
  • 5 075 € par enfant supplémentaire.

L'allocation de rentrée scolaire est versée directement par les caisses d'allocations familiales. En 2007, elle a été versée à compter du 20 août aux élèves de 6 à 16 ans. Les jeunes de 16 à 18 ans la perçoivent plus tard sur présentation d'un justificatif de domicile ou d'apprentissage.


> en savoir plus sur le site de la caisse nationale des allocations familiales
consulter le dossier sur l'allocation de rentrée scolaire 2007, sur Service-public.fr

  

Aides financières spécifiques

Les salaires versés aux apprentis sont exonérés de l'impôt sur le revenu dans la limite du montant annuel du SMIC. Cette disposition s'applique à l'apprenti ou au foyer fiscal auquel il est rattaché. Par conséquent, la rémunération de l'apprenti n'est pas prise en compte dans le calcul des revenus du foyer fiscal auquel il est rattaché.

Les parents perçoivent les allocations familiales jusqu'aux 20 ans de l'apprenti, si sa rémunération n'excède pas 55 % du SMIC.

Comme tout jeune salarié, l'apprenti peut bénéficier d'allocations d'aide au logement et d'un accès privilégié aux foyers de jeunes travailleurs.

Pour obtenir des informations sur les aides aux travailleurs handicapés, consultez > les fiches pratiques consacrées à ce thème sur le site du ministère de l'emploi, de la cohésion sociale et du logement.

 

Retourner au sommaire  

  

Crédits et sources :